Mon sport à moi est une passion

 

 

Cheval ma passion

Cheval-passion

SPORT PASSION : L’EQUITATION

Ça a commencé lorsque j’étais petite.

J’avais 4-5 ans et j’ai toujours adoré les animaux.

Les animaux :

  • domestiques,
  •  sauvages,
  • gentils,
  • méchants,
  • beaux,
  •  moins beaux.

Je ne me souviens plus très bien comment et pourquoi, mais je me suis levée un matin avec l’idée et l’envie tenaces d’apprendre à  monter à poney ou plutôt de découvrir le monde des poneys.

A la maison j’ai alors commencé à motiver ma famille pour m’emmener dans un poney club. 

Personne dans ma famille ne pratique l’équitation et il faut remonter à mes arrière-grands-parents qui avait des chevaux dans leur ferme pour retrouver des équidés.

Mes parents n’étant pas emballés et ayant surtout peu de temps à y consacrer, c’est avec mes grands parents que j’ai commencé à  pratiquer cette activité en pleine nature, près de la déchèterie municipale! Mais si!

Je pratique donc l’équitation depuis plus de 30 ans. 

Tout d’abord une fois par semaine, puis deux à trois fois au minimum!

Par la suite les compétitions ont commencé.

Leur rythme relativement modéré s’est rapidement accéléré jusqu’à occuper quasiment tout les week-end.

En classe j’avais assez peu d’amis, car mes amis je les trouvais au poney club et c’est avec eux ou elles que je partageais le plus d’affinités et de points communs évidemment.

A l’école puis au collège je n’ai jamais été une élève brillante en sport plutôt ce qu’on appelle une intello, pas toujours facile à vivre d’être catégorisé par ses camarades et même par les profs.

Je n’étais pas catastrophique non plus mais mes notes de sports rarement dépassé les 13 voire 14,

Là ou d’autres engrangent des points à la pelle! Mon sport à moi nécessite d’avoir ce grand compagnon à 4 pattes pour le pratiquer.

A l ‘aube de mes 40 ans je rêve encore régulièrement de parcours hippiques, je rêve de chevaux,

je rêve de galopade, je rêve de leur hennissement, de leur odeur, du frémissement de leur naseaux et de leur souffle chaud lorsqu’ils viennent mettre leur naseaux mon cou.

Cette passion est inextricable de moi.

Cela fait plus de 30 ans et je ne me vois pas vivre sans chevaux.

Par la suite j’ai été confronté à une maladie qui allait s’attacher à moi pour ne plus jamais me quitter : en l’occurrence le diabète.

J’ai dû me rendre à l’évidence la pratique du sport en général est indispensable pour la santé et encore plus avec un diabète si on veut essayer de frôler l’équilibre!

Le sport me permet au quotidien d’améliorer mes glycémies et donc d’être un peu mieux équilibrée pour limiter les risques de complications à long terme dues à cette maladie

Je ne me vois pas sans côtoyer les chevaux, je ne peux m’imaginer qu’ainsi.

Bien sûr dans la vie il y a beaucoup d’autres choses qui m’apporte du bonheur

mais le cheval est un point fixe, une partie de moi en somme, et je dirai même que « Je suis cheval » d’une certaine façon…

Les bénéfices de ce sport :

bonheur

100{ccbc74e394ce092bb5b5bdfff09facc6f845aa70791d832494d01c665e585b9b} Bonheur

ils sont multiples et variés,

  • Se couper de la vie stressante de tous les jours, quelle meilleure détox digitale? Je n’en connais pas.
  • Prendre l’air
  • Etre en harmonie avec la nature, aller se promener et prendre enfin le temps :
    • d’écouter les oiseaux,
    • d’ admirer les couleurs des feuilles,
    • de voir déboucher une biche sous nos yeux,
    • de se rapprocher du monde réel
  • Faire “un seul” avec son cheval, calquer son rythme sur le sien, écouter sa respiration et se caler sur elle sans s’en rendre compte.
  • Ressentir :
    • les légers frémissements de sa peau,
    • le souffle chaud qui sort de ses naseaux et s’amuser à souffler doucement contre le bout de son nez,
    • ses réactions,
    • ressentir et anticiper parfois ses envies d’évasion ,
    • de galop et d’accélérations dans les champs
  • Mais aussi sa satisfaction en compétition lorsqu’il vient de réussir la performance parfaite et qu’aucun son de barre n’ayant chuté à terre n’a retenti ou lorsqu’il entame son tour d’honneur au galop lors d’une remise des prix et laisse exploser sa joie, parfois un peu trop d’ailleurs 😉
  • ne pas penser qu’à soi, prendre soin de cet animal si beau si fort et si respectueux, qui sait nous donner tant,
  • se couper du temps et prendre le temps nécessaire à son pansage, à sa préparation, à sa détente, pour parfois ne monter que peu de temps sur son dos ou pas du tout et reprendre alors ces soins, et les finir jusqu’à la pointe de ses sabots méthodiquement graissés.

En plus de l’aspect activité physique classique, la détente psychique s’ajoute à la fatigue physique et me permet de passer des nuits très réparatrices.

Mais ce n’est pas l’essentiel.

Pratiquer dans la nature est quelque chose d’incroyable, en harmonie avec cet animal si fort et pourtant si gentil si l’on s’y prend bien.

Ce contact particulier avec le cheval est absolument indescriptible, il faut l’expérimenter pour en cerner toutes les facettes.

Vous devez obligatoirement avoir mis de côté tout vos émotions négatives, vos problèmes au travail, vos factures à payer,  les disputes que vous avez pu avoir dans la journée etc…

Pour passer un moment optimal avec votre cheval vous devez n’être qu’avec lui.

Sinon vous risquez non seulement de ne pas bénéficier de cet instant mais en plus d’aller au devant d’une séance inutile voire désagréable.

C’est plus facile qu’il n’y parait et souvent cela va se faire tout seul.

C’est le moment où même votre portable peut être délaissé!!!

Les soucis ne sont plus là, vous êtes dans une bulle, une parenthèse hors du temps.

Et cela est valable que vous fassiez du dressage dans la carrière ou que vous preniez  un cours d’obstacles, et encore plus peut être lorsque vous partez galoper dans les champs de pommiers avec votre cheval.

Le cheval est un animal très fin, très sensible et émotif parfois.

Il a une mémoire d’éléphant (oui je sais…), et vous aurez la sensation de ne faire qu’un avec lui si vous vous laissez vous aussi aller à ce que vous ressentez vraiment.

 

On parle d’ailleurs de couple cavalier-cheval, une sorte de centaure.

Il vous apprend l’humilité, la patience, la douceur aussi et une maitrise de soi la plus parfaite possible pour pouvoir l’apprivoiser.

Très vite vous risquez de lui vouer un amour inconditionnel.

Il saura vous calmer, vous apaiser quand vous n’êtes pas bien.

Il accroît votre empathie et surtout votre modestie, car vous ne faites pas le poids si vous vous croyez tout puissant face à lui.

Si vous pratiquez la compétition vous aurez aussi comme dans tout sport en compétition cette envie de vous dépasser, de gagner et très vite il se prendra au jeu.

Après un parcours d’obstacles lorsqu’aucun d’entre eux n’est tombé,  très nombreux sont les chevaux qui manifestent leur joie et sont aussi contents que leurs cavaliers d’avoir réussi un beau parcours sans-faute.

La complicité est grandissante entre l’homme et l’animal au fil des mois qui passent.

Le cavalier apprend à rester humble, à se remettre en question souvent. 

Car la plupart du temps en cas de mésentente ou de barre à terre c’est la faute du cavalier et non de sa monture.

Et quelques soient les capacités de votre cheval vous pourrez atteindre des sommets à condition de l’écouter et de savoir vous remettre en question et vous adapter à ses besoins .

Cette passion risque de ne plus vous quitter et c’est tant mieux.

l'équitation une passion saine

 

Les autres sports de mon quotidien

dérouler son tapis

tapis de yoga

J’essaie au quotidien d’alterner entre autres avec :

  • du cardio.

Le cardio est particulièrement bénéfique pour réguler mes glycémies et pour entretenir mon système cardio-vasculaire.

  • Mais aussi avec du renforcement musculaire,
  • Du yoga qui pour moi est complémentaire de tous les sports et bien sûr a une place privilégié en complément de l’équitation. Un gain en souplesse est un plus dans la pratique de l’équitation et la prévention des blessures aussi.

Il m’arrive cependant certaines semaines de beaucoup monter à cheval et de ne pas trouver ou de ne pas prendre le temps de faire du cardio, du fitness etc.

Ce n’est pas grave il ne faut pas trop se mettre la pression, nous l’avons déjà bien assez dans tant de domaines de notre vie moderne, vous ne croyez pas?

L’équitation apporte beaucoup,  cette activité qui se pratique en extérieur et permet de se déconnecter de tous nos stress, développe aussi la musculature de manière relativement harmonieuse.

Comprenez-moi bien après chaque séance de sport que j’ai effectué bien sûr je suis fière de moi je me sens mieux mon esprit plus calme encore été détendu et je fais du bien à ma santé.

Mais aucun des sports que je pratique n’est une réelle passion alors que l’équitation est une partie de moi;

le cheval c’est “moi”.

Je rêve de cheval la nuit, je n’aurai pas de vie heureuse sans cheval

et à 80 ans j’espère, si je suis toujours là, pouvoir encore monter et partager ces moments magnifiques.

 

Les inconvénients ??

Il y en a un peu.

Allez j’essaie d’être objective.

Déjà il faut arriver à libérer beaucoup de temps pour monter à cheval.

Ensuite c’est un sport qui est rapidement couteux,

et le dernier, si vos proches “n’accrochent” pas, vous risquez de vous éloigner un peu d’eux par moment et ce ne sera pas toujours bien compris…

 

A quel âge commencer?

A poney dès le plus jeune âge

A poney dès le plus jeune âge

Tout petit!

dès 4 ou 5 ans je dirai, sans risques si l’on est bien encadré.

C’est l’école de la vie, et le contact respectueux avec les poneys est un atout majeur pour se construire et grandir au quotidien.

Peut-on pratiquer toute sa vie?

 

Là j’espère que oui, j’ai vu récemment cet article et j’espère bien que cela m’arrivera, chapeau madame!!

 

Plutôt équitation de loisirs compétition ?

A vous de voir, cela dépend vraiment des goûts et les deux ont beaucoup à vous apporter, alors suivez votre instinct.

 

Une passion ou une  addiction ?

Aie question qui fâche, un peu des deux peut être.

Mais pour moi une passion à coup sur, il n’y a pas à mon sens la souffrance que l’on peut ressentir en cas d’addiction et même si cela me manque beaucoup lorsque je ne peux pas en faire,

je sais cependant m’en passer sans trop en souffrir, cela me manque, mais j’apprécie encore plus de retrouver mes compagnons à 4 pattes lorsque je les retrouve!

 

En conclusion

équitation passion

equitation

Quoi vous êtes encore là?

Avec tous les centres équestres qui fleurissent partout.

Mais courrez donc essayer,

ça vous a plu?

Alors prenez le temps de choisir le lieu et les gens qui sauront vous en encadrer et vous faire découvrir ce monde merveilleux.

J’ai tout de suite adoré et je crois bien que ça va durer encore longtemps

LONGUE VIE A TOUS LES CHEVAUX ET CAVALIERS

Et vous c’est quoi votre sport passion?

J’attends vos retours d’expérience, à très vite et prenez soin de vous.

 

Estelle.

 

 

Partager l'article :
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •   
  • 6
    Partages
le syndrome prémenstruel

Votre livre minceur offert

Merci, je viens de vous envoyer votre guide







VOTRE GUIDE MINCEUR

%d blogueurs aiment cette page :