POURQUOI ON GROSSIT DE GARY TAUBES

  • Voici le plan du résumé :
  • Les personnes qui consomment plus de calories qu’elles n’en brûlent vont grossir: encore une idée reçue un peu simpliste.
  • L’explication habituelle du surpoids est basée sur l’hypothèse que le gras fait grossir.
  • Faire plus d’exercice et manger moins ne nous empêchera pas nécessairement d’être en surpoids.
  • L’insuline fait grossir et les glucides contrôlent la production d’insuline.
  • Le surpoids n’est pas la conséquence mais la cause d’un trouble nutritionnel.
  • Notre corps ne peut pas traiter la quantité ou le type de glucides devenus omniprésents.
  • Les glucides ne font pas que grossir, ils nous rendent aussi potentiellement malades.
  • Les régimes hypocaloriques ne fonctionnent presque jamais et peuvent même nuire à notre santé.
  • La prédisposition génétique, l’âge et la nutrition influent tous sur notre probabilité d’être en surpoids.
  • Les régimes pauvres en glucides ont une mauvaise réputation à tort.
  • Pour perdre du poids sans le reprendre, ou pour éviter de grossir au départ, nous devons réduire les apports en glucides.
  • Résumé final

Les personnes qui consomment plus de calories qu’elles n’en brûlent vont grossir: une idée reçue très répandue.

Les trois premiers volets traitent de la logique erronée qui domine notre vision actuelle des causes de l’obésité.

La grande majorité des experts en nutrition pense qu’il existe une formule simple pour expliquer le surpoids: si vous consommez plus de calories que vous n’en brûlez, vous grossirez.

Ils expliquent que la raison pour laquelle tant de gens font de l’embonpoint aujourd’hui est parce qu’ils consomment trop d’aliments riches en calories tout en consommant très peu d’énergie, par exemple parce que nous passons trop de temps assis dans la voiture, à un bureau ou devant le téléviseur.

Sur la base de cette théorie, on pourrait en conclure que les personnes grasses sont simplement paresseuses et gloutonnes, et que notre corps est comme un ballon qui s’étire lorsque nous y mettons de l’énergie et qui rétrécit lorsque nous en retirons de l’énergie.

Cependant, cette simplification excessive n’est pas représentative des processus complexes qui se déroulent dans le corps humain – et elle ne permet pas de comprendre pourquoi, précisément, certaines personnes consomment plus de calories que nécessaire.

En outre, de nombreux cas ont montré que même les personnes démunies et sous-alimentées peuvent grossir. Par exemple, vers le tournant du XX e siècle, les peuples autochtones d’Amérique vivaient dans une pauvreté terrible et étaient obligés de subvenir à leurs besoins avec de petites quantités de nourriture. Alors que leurs enfants présentaient des symptômes de carence, de nombreuses mères étaient extrêmement obèses – et ce n’est certainement pas parce qu’elles mangeaient davantage et affamaient leurs enfants.

Nous sommes prisonniers de ce dogme qui semble convaincant mais qui ne tient pas réellement la route.

En tout état de cause, les modèles explicatifs dominants n’ont pas encore été en mesure de mettre un terme à l’épidémie d’obésité ni d’expliquer pourquoi, chez les personnes partageant le même style de vie, certaines sont grasses et d’autres pas du tout.

À la lumière de ces contradictions, quiconque s’est sérieusement penché sur la question de savoir comment cesser de faire du gras devrait également remettre en question les points de vue établis sur le sujet.

Les personnes qui consomment plus de calories qu’elles n’en brûlent vont grossir: une idée reçue trop simpliste.

L’explication habituelle du surpoids est basée sur la logique imparfaite que la graisse fait grossir.

Nous en savions assez pour pouvoir arrêter la propagation de l’obésité dès les années 1960, mais les experts de la santé ont décidé d’ignorer les résultats disponibles.

Jusque dans les années 50, il n’était guère douteux que le surpoids était dû à un déséquilibre hormonal. Mais après la Seconde Guerre mondiale, cette idée a progressivement disparu, pour être remplacée par l’idée que l’excès de poids était causé par un trouble de l’alimentation. Qu’est-ce qui a provoqué ce changement?

Ce changement de paradigme était en grande partie dû à la publicité entourant la hausse spectaculaire du nombre de cas de maladie cardiaque. Dans les années 1970, ce problème dominait l’intérêt de la santé publique et, à son tour, la scène économique et politique.

L’obésité, les artères obstruées et les maladies cardiaques pourraient enfin s’expliquer simplement et de manière plausible par la consommation d’aliments gras. Personne ne doutait de la logique principale (bien que fausse) selon laquelle la graisse nous rend gros – puis nous rend malade.

Les médecins et les autorités de santé publique ont averti avec véhémence les conséquences d’un régime alimentaire gras. Cela non seulement est devenu une pensée non remise en cause dans la tête des gens, mais a également influencé toute une génération d’étudiants en médecine en cela continue encore à l’heure actuelle.

Le fait que l’opinion médicale d’aujourd’hui soit dominée par un modèle explicatif imparfait ne signifie pas nécessairement que les médecins et les experts en nutrition agissent avec négligence. Au contraire, ils sont pris dans un paradigme si convaincant et attrayant qu’il est difficile de le remettre en question, encore moins de le rejeter comme faux. Il n’est pas facile de déraciner une croyance ferme.

Et ainsi la science a répandu la doctrine selon laquelle si nous voulons perdre du poids, nous devrions manger moins de gras. Mais les gens n’ont pas perdu de poids. Au contraire, au fil des années, ils ont grossi et les cas de maladie cardiaque ont augmenté.

L’explication habituelle du surpoids est basée sur la logique imparfaite que la graisse fait grossir. 

Faire plus d’exercice et manger moins ne nous empêchera pas nécessairement d’être en surpoids.

De mauvaises habitudes alimentaires et un manque d’exercice sont les deux suspects habituels lorsqu’il s’agit de désigner ce qui fait grossir.

Mais qu’est-ce qui nous transforme en patates de canapé? 

Sommes-nous vraiment tombés sous le charme des chips? 

Définitivement pas. 

Nous devenons paresseux parce que nous n’avons pas envie d’être actifs.

 Et nous devons traiter cette léthargie de la même manière que nous traitons un appétit excessif – en tant que symptôme d’un déséquilibre hormonal.

Les enfants qui connaissent des poussées de croissance sont des personnes sérieuses – non pas parce qu’ils sont paresseux, mais parce qu’ils utilisent une tonne d’énergie pour grandir. Ils ne veulent pas participer à d’autres activités parce qu’ils n’ont tout simplement pas assez d’énergie pour eux.

La même chose arrive quand les gens grossissent.

 Leur excès de tissu adipeux, réclamant plus d’énergie, les rend affamées et les cellules adipeuses en croissance les ralentissent. 

Les accuser d’être fainéants et de faible volonté est injuste. En fait, il est physiquement beaucoup plus difficile pour les personnes grasses de surmonter leur problème de poids.

Les gens qui ont lu cet article ont aussi lu :  Four Hour Body de Tim FERRIS : livre résumé

De même, il est problématique d’affirmer qu’il faut faire plus d’exercice en maigrissant tout en consommant moins de calories, car plus on fait de l’exercice, plus notre corps a besoin d’énergie pour fonctionner, ce qui stimule également notre appétit.

De plus, il existe d’innombrables cas qui contredisent l’idée selon laquelle n’importe qui peut perdre du poids simplement en utilisant plus d’énergie physique et en mangeant moins. 

Une étude de 1983 a révélé que, parmi un groupe d’immigrants mexicains vivant dans la pauvreté et effectuant des travaux forcés dans le sud du Texas, environ 40% avaient un excès de poids malgré leur effort physique intense. 

Si l’exercice et un faible apport calorique rendent les personnes minces, pourquoi l’obésité était-elle si courante chez ces personnes?

Ce n’est ni la paresse ni les excès alimentaires qui font grossir: c’est ce que nous mangeons.

gary-taubes

Faire plus d’exercice et manger moins ne nous empêchera pas nécessairement d’être en surpoids.

En six points, vous apprendrez exactement comment et pourquoi les glucides nous font grossir.

L’insuline fait grossir et les glucides contrôlent la production d’insuline.

En termes simples, l’hormone appelée insuline est la réaction de notre corps aux glucides.

Il joue un rôle important dans notre métabolisme, car il est responsable du recyclage des glucides, des lipides et des protéines, c’est-à-dire des nutriments qui fournissent de l’énergie à notre corps.

L’insuline facilite le transfert de l’énergie dans le tissu musculaire, où elle est brûlée. En même temps, elle stimule nos tissus adipeux à stocker l’énergie superflue.

Lorsque nous mangeons un repas, notre corps veut immédiatement brûler l’énergie des glucides dans nos tissus musculaires. Parce que dès que les glucides atteignent notre circulation sanguine sous forme de glucose, notre taux de sucre dans le sang monte en flèche. 

Un taux élevé de sucre dans le sang est un poison pour de nombreuses cellules. C’est pourquoi notre corps a besoin de contrôler son taux de sucre dans le sang. Pour commencer, cela implique de brûler les glucides qui peuvent être facilement transformés en énergie pour nous fournir plus rapidement de carburant, et ce processus commence lorsque l’insuline inonde le corps. 

La quantité d’insuline distribuée dépend de la quantité de glucides absorbés.

L’excès d’énergie, sous forme de glucides, de protéines ou de lipides, est économisé pour les «périodes difficiles» potentielles à venir, lorsque notre corps pourrait avoir un apport énergétique externe plus faible.

Les aliments riches en glucides, tels que les sucreries, le pain, les pommes de terre, les nouilles et le riz inondent notre circulation sanguine de sucre, forçant notre corps à distribuer de l’insuline. 

Mais plus le niveau d’insuline est élevé, plus le corps est stimulé pour former des dépôts graisseux.

Par conséquent, les glucides ont la plus grande influence sur le mécanisme qui régit notre accumulation de graisse. 

En fin de compte, ce sont eux qui font grossir.

L’insuline fait grossir et les glucides contrôlent la production d’insuline.

Le surpoids n’est pas la conséquence mais la cause d’un trouble nutritionnel.

Lorsque des tissus se développent, qu’il s’agisse d’une tumeur ou d’un enfant grandissant, nous appelons cela la «croissance» et nous savons que les changements sont basés sur des processus complexes contrôlés par les hormones.

Personne ne songe à dire qu’un enfant a grandi parce qu’il a trop mangé. Les enfants grandissent constamment et ont besoin d’énergie pour le faire. Ils ne grossissent pas parce qu’ils mangent, mais parce que leur croissance régulée par les hormones nécessite beaucoup d’énergie et leur donne faim.

La croissance d’une tumeur est semblable: elle ne se développe pas parce qu’elle est alimentée en énergie, mais à cause de problèmes au sein des cellules, qui provoquent sa croissance.

Alors, pourquoi devrions-nous penser différemment à propos de l’embonpoint et l’isoler des autres processus de croissance?

Il est scientifiquement indiscutable que l’insuline, une hormone, a une influence considérable sur la formation de dépôts adipeux. Pourtant, lorsque nous parlons d’excès de poids, nous avons tendance à confondre cause et effet.

Comme dans le cas d’une tumeur, la croissance des cellules adipeuses peut être altérée car notre corps réagit à un taux élevé de sucre dans le sang en produisant une quantité excessive d’insuline.

Lorsque nous grossissons, nos cellules consomment de l’énergie et nous nous sentons donc plus affamés et plus léthargiques, comme un enfant qui vit une poussée de croissance. Les cellules graisseuses en croissance consomment plus d’énergie; par conséquent, les personnes grasses ont plus faim.

Lorsque nous reconnaissons que le surpoids est la conséquence d’un processus de croissance biologique, il devient évident que la gourmandise ou la paresse ne peut pas être la raison pour laquelle nous grossissons; au lieu de cela, nous devrions essayer de les comprendre en tant que symptômes d’un trouble de la croissance.

Le surpoids n’est pas la conséquence mais la cause d’un trouble nutritionnel.

Notre corps ne peut pas traiter la quantité ou le type de glucides devenus omniprésents.

Les êtres humains sont des créatures d’habitude, surtout lorsqu’il s’agit de nourriture. Plus certains nutriments font partie de notre alimentation depuis le début de notre évolution, mieux notre corps s’y adaptera et plus ils nous paraitront bons.

Les glucides, qui constituent aujourd’hui une part importante de notre alimentation, constituent un ajout relativement nouveau à l’alimentation humaine. 

Les êtres humains habitent la Terre depuis environ 2,5 millions d’années, mais l’agriculture a commencé à manger de la farine il ya environ 12 000 ans, et le monde occidental ne savait même pas ce qu’étaient les pommes de terre avant la découverte de l’Amérique. La farine blanche et le sucre blanc ne sont devenus un élément important du régime alimentaire humain à la fin du 19 eme siècle.

L’ère des aliments riches en glucides n’est qu’une fraction de seconde dans l’histoire de l’humanité; par conséquent, nous pouvons exclure la possibilité que nous ayons formé une adaptation génétique à ces glucides rapidement digestibles en une période aussi courte.

Avant la propagation de l’agriculture, nos ancêtres vivaient comme des chasseurs et des cueilleurs, préférant les viandes grasses pour apaiser leur faim.

Une étude récemment publiée a analysé la nutrition des cultures actuelles de chasse et de cueillette complètement isolées de la civilisation du 20 e siècle. Leur régime alimentaire consistait également en grande partie en poisson et en viande. Certains d’entre eux ont même survécu sans manger de légumes, de fruits ou de céréales. En d’autres termes, leur régime alimentaire était à l’opposé de notre régime alimentaire, dont les glucides représentent les deux tiers.

Les experts de la santé accusent notre mode de vie occidental d’être responsable de la propagation de l’obésité et ignorent le fait que, jusqu’à tout récemment, les aliments riches en glucides n’avaient pratiquement pas joué de rôle dans la vie des gens.

Les gens qui ont lu cet article ont aussi lu :  Résumé de livre "ces glucides qui menacent notre cerveau" de David Perlemutter

Notre corps ne peut pas traiter la quantité ou le type de glucides devenus omniprésents.

Les glucides ne font pas que grossir, mais ils peuvent aussi nous rendent malades.

Si nous exposons régulièrement notre corps à de grandes quantités de glucides sur une longue période, nous pouvons perturber la fonction de signalisation de l’insuline.

Ce que nous mangeons influence grandement le mécanisme incroyablement sensible qui contrôle notre métabolisme. En mangeant des aliments riches en glucides, qui constituent une très grande part de notre apport calorique quotidien, ce mécanisme peut être déséquilibré et entraîner une surproduction d’insuline.

Étant donné que l’insuline régit en grande partie la formation de dépôts graisseux, non seulement nous grossissons, mais nous sommes aussi plus susceptibles aux maladies comme le diabète ou l’hypertension artérielle, qui surviennent souvent en même temps que l’obésité.

C’est pourquoi ces maladies apparaissent soudainement dans presque toutes les cultures lorsqu’elles entrent en contact avec des aliments occidentaux.

Ce phénomène est également perceptible dans ses effets sur les immigrés. Le cancer du sein, par exemple, n’est pas très répandu chez les femmes japonaises. Cependant, les taux de cancer du sein chez les descendantes de femmes japonaises ayant immigré aux États-Unis reflètent parfaitement ceux d’autres femmes aux États-Unis.

Une augmentation similaire de la probabilité de contracter ces maladies est toujours observée parmi les groupes d’immigrants, totalement indépendants de leur appartenance ethnique et de la maladie en question.

Cependant, diaboliser notre style de vie occidental n’est pas la solution; au lieu de cela, nous devons essayer de cibler des causes possibles spécifiques. Et lorsque nous le faisons, nous arrivons rapidement aux glucides.

Un indicateur clair est le fait que nos ancêtres, comme les peuples autochtones isolés d’aujourd’hui, mangent rarement des glucides – et qu’aucun des deux groupes n’a souffert de diabète ni de «maladies occidentales» similaires. 

Nous pouvons en conclure qu’il est très probable que les glucides soient la cause le problème.

Les glucides ne font pas que grossir, mais ils nous rendent malades.

Les régimes hypocaloriques ne fonctionnent presque jamais et peuvent même nuire à notre santé.

Les régimes visant à réduire notre apport calorique quotidien, peuvent nous aider à maigrir à court terme, mais il y a toujours un inconvénient à long terme: nous devons continuer à faire des efforts pour maintenir notre poids réduit.

Pour la plupart d’entre nous, cette voie est vouée à l’échec. 

Les régimes limitant notre apport calorique nous privent de l’énergie et des nutriments qui maintiennent notre corps en forme et les aident à se régénérer. De tels régimes affament littéralement notre corps.

Disons que John diminue son apport calorique de 20% simplement en mangeant 20% de moins. Ce faisant, il ne serait pas seulement privé de 20% des calories mais également de 20% des vitamines et des minéraux contenus dans les aliments.

Dès que John reprendra ses anciennes habitudes alimentaires, son corps retrouvera simplement la masse perdue. En d’autres termes, il ferait l’expérience du soi-disant effet yo-yo.

Une expérience menée aux États-Unis au début des années 90 montre à quel point ce programme de famine est contre-productif. Au cours des huit dernières années, les 20 000 participantes ont consommé 360 calories de moins qu’elles ne mangeaient chaque jour. Les aliments qu’ils mangeaient contenaient tout ce qui était considéré comme étant sain et nécessaire: fibres, fruits et légumes et peu de graisse.

À la fin, tout le monde fut déçu de se rendre compte que les femmes n’avaient perdu que deux livres en moyenne. La plupart d’entre eux ont même pris du poids dans le ventre – ils n’avaient pas perdu de graisse, mais de la masse musculaire.

Toutes les personnes en surpoids ont probablement déjà essayé simplement de manger moins – et la plupart d’entre elles finissent par rester gros. 

Si cela ne soulève pas de doutes sérieux quant aux chances de succès de la méthode de famine, que fait-on?

Les régimes hypocaloriques ne fonctionnent presque jamais et peuvent même nuire à notre santé.

La prédisposition génétique, l’âge et la nutrition influent sur notre probabilité d’être en surpoids.

Étant donné que les glucides stimulent la production d’insuline et que l’insuline joue un rôle important dans la croissance des dépôts graisseux, nous pouvons indirectement lutter contre le stockage des graisses en consommant moins de glucides. 

Mais il est également important de prendre en compte notre sensibilité aux glucides et à l’insuline.

Nos gènes décident tout d’abord si nous prenons du poids et, le cas échéant, quand et où nous le mettons. 

Ils déterminent non seulement l’efficacité avec laquelle nos muscles brûlent de l’énergie, mais également la rapidité avec laquelle nous économisons de l’énergie en cas d’urgence.

Certaines personnes sont tout simplement plus sujettes à grossir. 

Alors que certaines personnes semblent prendre du poids en pensant simplement aux bonbons, d’autres peuvent toujours prendre une seconde part de la tarte à la crème sans culpabilité.

Un autre facteur est que le métabolisme de nos corps change au cours de notre vie. 

Plus nous produisons de hauts niveaux d’insuline à partir d’aliments riches en glucides dans notre sang, longs et réguliers, plus notre musculature devient résistante à l’insuline, ce qui empêche notre corps de brûler de l’énergie. 

À son tour, le corps réagit à cette résistance en augmentant la dose d’insuline nécessaire pour réduire notre glycémie. Cela renforce la résistance et favorise la croissance des cellules graisseuses – un véritable cercle vicieux.

Ces résistances apparaissent d’abord dans les cellules musculaires et seulement plus tard, voire pas du tout, dans les tissus adipeux.

 La résistance à l’insuline augmente généralement avec l’âge. C’est pourquoi les personnes âgées sont généralement plus susceptibles de faire de l’embonpoint, même si elles n’ont jamais eu de problèmes de poids par le passé.

Ce n’est sûrement pas un secret pour personne que nous avons tendance à grossir avec l’âge. Cependant, la sagesse populaire décrit le catalyseur comme un ralentissement de notre métabolisme.

Lorsque nous nous gavons de fortes doses de glucides tout au long de notre vie, nous renforçons ce processus car nous renforçons notre résistance à l’insuline.

La disposition génétique, l’âge et la nutrition influent tous sur notre probabilité d’être en surpoids.

Au cours des deux derniers point, vous découvrirez ce que vous pouvez faire pour contrôler votre poids.

Les régimes pauvres en glucides ont mauvaise réputation – à tort.

Les médecins et les nutritionnistes déconseillent généralement une alimentation sans glucides. 

Cette recommandation repose sur trois hypothèses de base: 

 – premièrement, il est impossible de perdre du poids sans dépenser plus d’énergie que nécessaire; 

  • deuxièmement, les glucides sont indispensables pour une alimentation saine;
  •  et troisièmement, lorsque vous remplacez les glucides par des lipides, vous grossissez et devenez ainsi plus sujet aux maladies cardiaques.
Les gens qui ont lu cet article ont aussi lu :  Résumé du livre "ces Glucides qui menacent notre Cerveau" Grain Brain

Cependant, ces hypothèses sont erronées. Ces experts ignorent le fait que la viande est riche en vitamines essentielles. 

En outre, vous pouvez remplacer les glucides par des légumes qui, contrairement au sucre, contiennent également beaucoup de vitamines et de minéraux. 

Tandis qu’une consommation adaptée de viande, d’œufs et de légumes verts garantit un bon apport en nutriments, un régime hypocalorique nous oblige à renoncer à des nutriments importants.

De même, on ignore souvent que le diabète et l’obésité étaient complètement inconnus des personnes qui n’étaient pas influencées par la culture occidentale – et qui se nourrissaient presque entièrement de viandes grasses et de poissons.

Nous devons donc écarter un régime riche en graisses comme cause de ces maladies.

 Il est à noter que la première fois que ces personnes ont connu un excès de poids était l’introduction de la farine et du sucre dans leur alimentation.

Puisque les glucides sont ce qui nous fait grossir et non pas la graisse elle-même, alors ce n’est pas non plus la cause du risque de maladie cardiaque. 

Si c’était le cas, nous aurions un paradoxe dans lequel le risque de maladie augmenterait avec la perte de poids – une relation inversée de toute évidence.

Enfin, la raison simple du scepticisme généralisé à l’égard d’un régime pauvre en glucides est la même que celle qui exclut les glucides en tant que cause principale du surpoids: la ferme conviction que les aliments riches en graisses sont la racine de tous les maux.

Les régimes pauvres en glucides ont la mauvaise réputation – et à tort.

Pour perdre du poids sans le reprendre, ou pour éviter de grossir au départ, nous devons réduire les glucides.

La réponse courte à la question sur ce que nous pouvons faire contre la graisse est la suivante: évitez les aliments riches en glucides!

À long terme, les régimes visant à perdre du poids ne réussissent que s’ils empêchent constamment la formation de dépôts graisseux et stimulent les tissus adipeux à libérer de l’énergie en excès.

Comme cela ne peut se produire que lorsque nous avons des niveaux d’insuline modérés et que les glucides alimentent la production d’insuline, nous devons réduire notre consommation de glucides.

Cependant, différents types de glucides influencent notre glycémie et notre taux d’insuline de manière très différente. En termes simples, nous pouvons supposer en toute sécurité que plus la tentation est grande, plus elle est susceptible de nous faire grossir.

Certains glucides pénètrent très rapidement dans notre circulation sanguine: les sucreries, par exemple, inondent littéralement notre circulation sanguine de glucose, ce qui fait grimper en flèche notre taux de sucre dans le sang, puis notre taux d’insuline.

Mais les produits céréaliers, les féculents, les boissons alcoolisées et les boissons contenant du sucre constituent également une source d’énergie très concentrée.

En revanche, la grande majorité des glucides contenus dans les légumes sont liés aux fibres non digestibles, ce qui a un impact moindre sur la glycémie et la libération d’insuline.

Si nous nous débarrassons des glucides rapides dans notre alimentation quotidienne, nous ne faisons pas que prévenir la formation de dépôts adipeux; nous forçons simultanément la libération de la graisse déjà stockée et la transformons en énergie.

Bien sûr, l’abstinence radicale vis-à-vis des glucides n’est pas nécessaire pour tout le monde, car tout le monde n’est pas sensible aux glucides. 

Mais pour les personnes en surpoids ou qui prennent du poids facilement, c’est le moyen le plus facile de perdre du poids.

Pour perdre du poids sans le reprendre, ou pour éviter de grossir au départ, nous devons renoncer aux glucides.

Nous pourrions résumer ainsi :

Afin de comprendre pourquoi nous grossissons, nous devons nous libérer de la compréhension répandue que notre poids est déterminé par notre apport calorique quotidien et notre consommation d’énergie. 

Au lieu de cela, nous devrions penser à la quantité de glucides que nous consommons et à la façon dont notre corps les gère.

Les questions auxquelles ce livre a répondu:

Quelle sorte de logique erronée domine notre vision de la surcharge pondérale?

  • Les personnes qui consomment plus de calories qu’elles n’en brûlent vont grossir: une idée reçue inexacte.
  • L’explication habituelle du surpoids est basée sur la logique imparfaite que la graisse fait grossir.
  • Faire plus d’exercice et manger moins ne nous empêchera pas nécessairement d’être en surpoids.

Pourquoi et comment les glucides nous font-ils grossir?

  • L’insuline fait grossir et les glucides contrôlent la production d’insuline.
  • Le surpoids n’est pas la conséquence mais la cause d’un trouble nutritionnel.
  • Notre corps ne peut pas traiter la quantité ou le type de glucides devenus omniprésents aujourd’hui.
  • Les glucides ne font pas que grossir, mais ils nous rendent malades.
  • Les régimes hypocaloriques ne fonctionnent presque jamais et peuvent même nuire à notre santé.
  • La disposition génétique, l’âge et la nutrition influent tous sur notre probabilité d’être en surpoids.

Comment pouvons-nous contrôler notre poids?

  • Les régimes pauvres en glucides ont la mauvaise réputation – et à tort.
  • Pour perdre du poids sans le reprendre, ou pour éviter de grossir au départ, nous devons renoncer aux glucides.

J’espère que cet article vous a plu,

N’hésitez pas à me laisser vos commentaires ci dessous, et si vous voulez en savoir plus, n’hésitez pas non plus à me poser vos questions, j’y réponds toujours avec plaisir.

Je vous invite à vous abonner pour recevoir mes newsletters et les nouveaux articles.

Portez vous bien,

Estelle

Suivez moi sur Facebook Vous préférez Instagram ? Et sur Pinterest Chaîne YouTube
Partager l'article :
  •  
  •  
  •  
  •  
  • 4
  •   
  • 4
    Partages






Votre Guide Minceur Offert, des conseils simples et efficaces, rédigé par un médecin

%d blogueurs aiment cette page :