Voici un résumé du livre “The big fat surprise de Nina Teicholz”

“The Big Fat Surprise” est un livre qui explique pourquoi les graisses ne sont pas l’ennemi que l’on croit et comment un régime pauvre en glucides est une bonne solution pour rester en bonne santé et limiter nos risques cardio-vasculaires notamment.

The big fat surprise détaille le fait que les graisses autrefois évitées, font en réalité partie d’un régime alimentaire sain. Les régimes à faible teneur en matières grasses ont été présentés depuis des décennies comme la solution pour mener une vie longue et en bonne santé.

À un moment donné, vous avez sûrement rencontré quelqu’un qui a essayé de vous vanter les vertus de la réduction du gras dans votre alimentation. On vous a probablement aussi dit, que toutes les graisses saturées sont dangereuses car elles causent des maladies cardiaques.

QUI EST ANCEL KEYS

Ce type de pensée a commencé dans les années 1950, en grande partie “grâce” aux efforts d’un nutritionniste nommé Ancel Keys. Malgré l’acceptation généralisée de la dangerosité des graisses (notre ennemi nutritionnel depuis lors), des études récentes ont montré que la graisse n’était tout simplement pas aussi néfaste que nous le croyons.

→ Vous verrez pourquoi les Américains en sont venus à craindre autant les graisses saturées et comment ces préoccupations ont ensuite été interprétées – avec des  conséquences désastreuses – par l’industrie alimentaire.

Surtout, vous vous familiariserez avec les graisses qui sont bonnes pour vous et que vous pouvez incorporer à votre alimentation.

→Vous apprendrez également:

  • comment une tribu au Kenya subsiste avec un régime composé uniquement de viande, et de lait;
  • pourquoi les graisses affectent les femmes et les enfants d’une manière différente; comment certaines graisses saturées aident réellement à prévenir les maladies cardiaques.

big-fat-surprise

LES TYPES DE GRAISSES

Toutes les graisses ne sont pas égales : le beurre et la viande sont des graisses saturées et les huiles, des graisses insaturées. (pour faire simple, mais c’est un peu plus complexe !)

Pour bien comprendre les deux principaux types de graisses et leur impact sur votre corps, il est important de bien comprendre la composition chimique de chacun.

En général, la graisse est constituée de chaînes d’atomes de carbone, entourées d’atomes d’hydrogène. Ces atomes de carbone et d’hydrogène sont liés par des liaisons. Il existe deux types de liens: simple et double.

→Imaginez un lien comme une sorte de poignée de main entre un atome de carbone et d’hydrogène. Dans une simple liaison, les atomes sont reliés par une main chacun. Dans une double liaison, les atomes tiennent les deux mains ensemble.

Si une chaîne de graisse est reliée par des liaisons simples, cela s’appelle une graisse saturée .

Si la chaîne a au moins une double liaison, on l’appelle graisse insaturée.

→ Les graisses animales, telles que le beurre, le fromage ou la viande, sont préférentiellement des graisses saturées.

→ L’huile d’olive ou d’autres huiles végétales sont plutôt constituées de graisses insaturées.

Fait important, les différences dans les liens des graisses saturées et insaturées expliquent certaines de leurs caractéristiques.

Une graisse saturée est appelée ainsi car elle est saturée d’hydrogène; sa simple liaison ne peut attraper aucune autre molécule à ajouter à sa chaîne, ce qui la rend stable. Ces liaisons simples réunissent de manière dense les molécules. C’est pourquoi les graisses saturées, comme le beurre, sont solides à la température ambiante.

Les graisses insaturées, avec leurs doubles liaisons, sont essentiellement «plus lâches» car la «main» supplémentaire peut saisir d’autres molécules, telles que l’oxygène dans l’air. Lorsque les graisses insaturées sont exposées à l’air, elles s’oxydent ou deviennent rances rapidement. Ces types de graisses sont généralement liquides, comme l’huile de cuisson, à la température ambiante.

Les acides gras saturés et insaturés sont les deux principaux types de gras.Comprendre comment ils sont chimiquement composés est important pour comprendre comment ils affectent votre corps.

 

LA REFLECTION DE KEYS

Big-Fat-Surprise1

Le nutritionniste Ancel Keys dans les années 1950, a découvert un lien entre la graisse, le cholestérol et les maladies cardiaques.

→Votre supermarché local propose probablement une gamme de laits avec différentes teneurs en matières grasses :

  • sans matières grasses,
  • écrémé,
  • à 2%, etc.

Pourquoi faisons-nous ces distinctions?

→Ancel Keys, nutritionniste, a joué un rôle de premier plan dans le débat sur les graisses alimentaires. L’un de ses principaux domaines d’étude était la nourriture et la famine.

Au cours de la Seconde Guerre mondiale, il développa ce qui était connu sous le nom de «ration K», un repas prêt à manger pour soldats, composé notamment de biscuits durs et de saucisses.

Keys était également passionné de physiologie et a commencé ses recherches sur les maladies cardiaques.

Combinant cela avec son travail en nutrition, il découvrit un lien intéressant : la consommation de graisses d’une personne jouait un rôle crucial dans le développement d’une maladie cardiaque.

→La raison en est simple: la graisse que vous mangez affecte votre taux de cholestérol . Si vous avez un taux de cholestérol élevé, cela peut augmenter vos chances de contracter une maladie cardiaque.

Bien qu’avoir des taux élevés de cholestérol puisse être dangereux, notre corps a besoin d’une certaine quantité de cholestérol pour fonctionner.

 

Le cholestérol est présent dans la membrane de chaque cellule de votre corps, ce qui aide à contrôler ce qui entre et sort de vos cellules.

Cependant, le cholestérol est également un élément principal de la plaque d’athérome qui peut se former dans vos artères. La plaque épaissit les parois de vos artères, limitant le flux sanguin et augmentant ainsi votre tension artérielle.

Cela peut éventuellement conduire à une maladie cardiaque sévère.

En 1958, Keys conduisit une expérience dans laquelle il nourrissait les participants avec des graisses saturées ou non saturées, puis mesurait leur taux de cholestérol. Il a constaté que les taux de cholestérol des participants qui mangeaient des graisses saturées augmentaient, tandis que ceux de ceux qui suivaient un régime à base de graisses insaturées diminuaient.

→Il a donc conclu que les graisses saturées étaient malsaines, alors que les graisses non saturées étaient en bonne santé, car elles abaissaient le taux de cholestérol et, donc, le risque de maladie cardiaque.

Comme nous le verrons plus tard, la conclusion de Keys a eu un effet profond sur notre compréhension de la matière grasse.

 

L’IDÉOLOGIE ET LE SOUTIEN DE KEYS

Hypothèse du régime alimentaire-cœur de Keys: plus de graisses saturées, plus de cholestérol, plus de maladies cardiaques.

L’hypothèse de Keys – que les graisses saturées causent des maladies cardiaques – s’est rapidement répandue dans la société alors qu’il travaillait sans relâche pour convaincre les institutions influentes d’adopter ses idées.

→L’American Heart Association (AHA) a été le premier soutien important. L’AHA a été fondée dans le but de mieux comprendre les maladies du cœur et est rapidement devenue la principale source d’informations sur le sujet. En 1961, Keys est devenu membre du comité de nutrition de l’AHA.

Peu de temps après que Keys ait rejoint l’organisation et en grande partie à cause de son influence, l’AHA a publié un rapport établissant un lien entre la graisse et les maladies cardiaques. Deux semaines à peine après la publication de ce rapport, l’hebdomadaire Times a publié un article de couverture sur Keys et son travail. La portée du magazine (à l’époque c’était l’un des magazines d’information les plus influents au monde) a généré une publicité sérieuse pour les idées de Keys.

Une autre étude a cimenté l’hypothèse de Keys. Appelée étude Framingham, elle a suivi un groupe de quelque 5 000 personnes sur une période de six ans. Les chercheurs ont analysé la manière dont différents facteurs, tels que ce que les participants mangeaient ou s’ils fumaient, affectaient leurs chances de développer une maladie cardiaque.

Les chercheurs de Framingham ont conclu que les participants étaient plus susceptibles de développer une maladie cardiaque lorsqu’ils présentaient un taux de cholestérol élevé. Ce résultat, combiné à la couverture médiatique et aux rapports AHA, a conduit à une acceptation généralisée des idées de Keys.

L’hypothèse de Keys – selon laquelle les graisses saturées provoquent des maladies cardiaques en augmentant le taux de cholestérol – est alors désignée sous le nom d’ hypothèse de régime cardiaque .

 

LA RÉACTION DE L’INDUSTRIE AGRO ALIMENTAIRE

Big-Fat-Surprise1

 

Une fois que les graisses saturées étaient considérées comme dangereuses, les fabricants d’aliments se sont tournés vers une situation encore pire.

→Une fois qu’il est devenu largement admis que la consommation de graisses saturées peut entraîner des maladies cardiaques, les fabricants de produits alimentaires ont dû commencer à chercher des alternatives aux graisses.

L’hypothèse de Keys concernant le régime alimentaire et le cœur était si influente que même le gouvernement américain a commencé à pousser l’industrie alimentaire à trouver un substitut aux graisses saturées.

Les huiles végétales insaturées étaient un premier choix; Toutefois, comme l’huile végétale non saturée est liquide à la température ambiante, elle n’était pas idéale, car une graisse solide était préférable.

→Cependant, l’huile végétale insaturée peut être traitée par un procédé appelé hydrogénation partielle , qui «sature» les huiles avec juste assez d’hydrogène pour rendre l’huile plus solide.

À la fin des années 1980, l’hydrogénation partielle était un processus très courant. Vous trouverez des huiles partiellement hydrogénées dans les margarines, les croustilles, les biscuits et autres produits de boulangerie. Le problème des graisses saturées étant résolu, l’huile végétale hydrogénée est rapidement devenue l’épine dorsale de l’industrie des aliments transformés.

Malheureusement, les huiles partiellement hydrogénées présentaient également de graves problèmes.

→Le processus d’hydrogénation produit des acides gras trans, dangereux pour la santé humaine. Les gras trans se produisent rarement de manière naturelle, mais sont généralement le résultat d’un traitement artificiel.

Les premiers documents de recherche montrant les dangers alimentaires des acides gras trans ont été publiés dans les années 1960. Pourtant, ils ont été la plupart du temps ignorés, car des scientifiques influents qui travaillaient pour des entreprises de fabrication d’aliments ont réfuté les allégations des journaux.

LES DANGERS VARIÉS SELON LES GRAISSES

La première étude qui a eu un impact a été réalisée en 1994 par un chercheur nommé Joseph Judd.

Dans son étude, les participants avaient une alimentation riche en huile d’olive, en acides gras trans ou modérée en acides gras trans.

Fait intéressant, Judd a constaté qu’un régime alimentaire riche en acides gras trans entraînait une augmentation du taux de cholestérol.

À la suite de cette étude, de plus en plus de gens ont commencé à s’opposer à l’utilisation de graisses trans dans les aliments transformés et ont même été interdits dans certaines villes et certains États des États-Unis.

→Les fabricants de produits alimentaires ont donc dû trouver un autre substitut de graisse. Malheureusement, les choix qu’ils ont faits étaient toujours dangereux pour notre santé.

Même McDonald’s essaie de faire un choix santé, mais apprend que même l’huile végétale pose des problèmes.

Il existe quelques alternatives possibles aux graisses trans. Certains fabricants d’aliments sont revenus à l’huile de palme – souvent utilisée pour les pâtisseries et la texture croustillante de ces dernières – qu’ils utilisaient avant l’introduction des acides gras trans dans les années 1980.

→D’autres entreprises ont expérimenté le soja génétiquement modifié. Le soja présente de bonnes caractéristiques de santé, notamment une teneur élevée en acide oléique , également présent dans l’huile d’olive. En fin de compte, le soja génétiquement modifié n’était pas une option viable, car le haricot était rare.

→Certains fabricants ont essayé d’utiliser des huiles végétales liquides, telles que l’huile de tournesol. Les huiles végétales sont utiles pour les produits frits, mais elles ne peuvent pas être utilisées dans la plupart des aliments emballés car ils rancissent trop facilement.

Même l’utilisation d’huile végétale pour la friture peut avoir de graves conséquences. En 2007, par exemple, la chaîne de restauration rapide McDonald’s a commencé à utiliser de l’huile végétale dans ses friteuses, estimant qu’il s’agissait d’un choix plus sain. Cependant, lorsque les huiles végétales sont chauffées, elles peuvent créer des substances dangereuses appelées produits de dégradation toxiques.

Un produit de dégradation toxique particulièrement dangereux appelé aldéhyde peut interférer avec votre ADN. L’aldéhyde est également très réactif chimiquement, ce qui signifie qu’il peut interagir avec les produits chimiques présents dans votre corps et potentiellement détruire vos cellules.

En 2010, un rapport de l’Agence de recherche sur le cancer a encore montré les dangers de la friture à l’huile végétale. Le rapport suggère que lorsque l’huile végétale est chauffée à une température souvent utilisée dans les friteuses de restaurants, elle dégage des émissions cancérogènes pour l’homme.

→En bref, consommer des aliments frits dans des huiles végétales dans certaines circonstances peut augmenter vos risques de cancer.

Les producteurs de produits alimentaires se sont donc retrouvés à la case départ : les graisses saturées étaient mauvaises, mais les graisses trans étaient pires. En outre, même des huiles végétales apparemment saines pourraient poser des problèmes de santé.

 

LES MASAÏ

Une tribu kenyane remet en cause l’hypothèse de Keys: la viande et le lait sont ses principaux aliments mais la pression artérielle de cette tribu demeure basse.

→Bien que l’hypothèse du régime alimentaire-cœur de Keys ait été largement acceptée, elle n’a pas convaincu tout le monde. Certaines études en ont remis en cause le principe, mais peu d’entre eux ont prêté une grande attention aux contre-arguments.

Dans une étude réalisée dans les années 50, les participants avaient adopté un régime alimentaire réduisant la viande rouge, elle-même riche en graisses saturées. Beaucoup plus tard, en 1962, le  New York Times a publié les résultats préliminaires de l’étude.

Les résultats étaient intéressants: ils ont suggéré que les personnes qui mangeaient moins de viande rouge présentaient des taux de tension artérielle et de cholestérol inférieurs et qu’elles couraient donc moins de risques de contracter une maladie cardiaque.(Des études récentes tendent à démontrer le contraire!)

Le temps a passé et les membres du groupe d’étude sont également décédés: 26 membres du groupe des viandes rouges faibles sont décédés, tandis que six membres du groupe témoin sont décédés. Curieusement, aucun des décès dans le groupe de contrôle n’était dû à une maladie cardiaque (même s’ils avaient un régime avec de la viande rouge), tandis que huit des décès dans le groupe des régimes à faible teneur en viande rouge, étaient causés par une maladie du cœur.

Manger de la viande rouge n’était peut-être pas aussi malsain qu’on le pensait auparavant.

Les habitudes alimentaires d’une tribu kényane appelée les Masaï ont également contredit l’hypothèse du régime alimentaire-cœur. Quelque 60% du total des calories consommées par un membre d’une tribu proviennent d’aliments riches en graisses saturées: viande, et lait.

Dans les années 1960, un groupe de chercheurs s’est rendu au Kenya pour mesurer la tension artérielle des hommes de la tribu Masaï. Fait intéressant, ils ont constaté que la pression artérielle d’un membre de la tribu était de 50% inférieure à celle d’un Américain moyen.

Bien que les habitudes alimentaires des Masaï aient semblé réfuter l’hypothèse du régime alimentaire-cœur de Keys, il a plaidé contre la méthodologie de l’étude et a convaincu d’autres scientifiques qu’il était impossible de se fier aux résultats.

→Bien que les études contre l’hypothèse du régime alimentaire et du cœur aient été la plupart du temps ignorées, les données ont néanmoins laissé suffisamment de doute au sein de la communauté scientifique pour que certains chercheurs continuent à rechercher le lien entre ce que nous mangeons et nos risques de maladie cardiaque.

LES ENFANTS

Big-Fat-Surprise1

→Des études montrent que les enfants ont besoin de graisse pour se développer normalement; les femmes doivent en bénéficier.

Inondés de messages provenant de sources fiables selon lesquelles les graisses saturées sont dangereuses, de nombreux parents ont veillé à ce que leurs enfants mangent des aliments faibles en gras.

L’hypothèse «cœur-régime» était si largement acceptée que de nombreux Américains ont changé leurs habitudes d’achat. Entre 1970 et 1997, la consommation de lait entier est passée de 214 livres par personne et par an à 73 livres. Dans le même temps, la consommation de lait à faible teneur en matière grasse est passée de 14 livres par personne et par an à 124 livres.

En 1995, une enquête auprès de milliers de mères a révélé que 88% pensaient qu’un régime alimentaire faible en gras était «important» ou «très important» pour leurs enfants. De plus, 83% ont déclaré qu’ils avaient parfois ou toujours évité de donner des aliments gras à leurs enfants.

Cependant, une étude britannique a suggéré que le fait de nourrir les enfants avec un régime alimentaire faible en gras pourrait en réalité être nocif. Dans cette étude, un groupe de nourrissons gambiens recevait un régime avec beaucoup moins de graisses saturées qu’un régime destiné à un groupe de nourrissons britanniques. À trois ans, les enfants gambiens avaient un poids inférieur de 75% à la normale pour leur âge.

 

LES FEMMES

Les femmes et les régimes faibles en gras ont également été un sujet de recherche. Bien que peu d’études aient porté spécifiquement sur les effets d’un régime pauvre en graisse sur les femmes, certaines données ont montré qu’un régime pauvre en graisse pouvait avoir un effet différent sur les femmes par rapport aux hommes. Malheureusement, la plupart des résultats ont été ignorés car aucun n’était aussi convaincant ni aussi complet que ne l’était l’hypothèse prédominante entre régime et cœur.

Dans l’étude Framingham mentionnée précédemment, par exemple, il n’existait aucune corrélation significative entre un taux de cholestérol élevé et le décès par maladie cardiaque chez les femmes de plus de 50 ans.

En 1992, un examen de toutes les données relatives aux maladies cardiaques a révélé que le taux de mortalité des femmes ayant un taux de cholestérol élevé était en réalité inférieur à celui des hommes ayant un taux de cholestérol bas.

→Un régime pauvre en graisses saturées semble donc affecter différemment les femmes et les enfants.

Mais pourquoi? Il se trouve qu’il existe différents types de cholestérol et tous ne sont pas mauvais.

 

 LE CHOLESTEROL : HDL ET LDL

Apprenez à connaître les deux types de cholestérol:

→ HDL-cholestérol «bon»,

→LDL-cholestérol «mauvais».

L’hypothèse du régime alimentaire-cœur de Keys était populaire en partie parce qu’elle était si simple et facile à comprendre. Cependant, cela s’est avéré un peu trop simple.

L’hypothèse Diète-Cœur met en garde contre le cholestérol, mais ne fait pas de distinction entre les deux types de cholestérol.

Les deux types de cholestérol sont caractérisés par la densité de leurs transporteurs , ou lipoprotéines. Ces transporteurs aident le cholestérol à voyager dans les veines et les artères.

→Il existe des lipoprotéines de haute densité (HDL) et des lipoprotéines de basse densité (LDL).

Les chercheurs ont découvert que des taux élevés de cholestérol LDL étaient associés aux personnes qui fumaient, qui avaient de l’embonpoint, qui ne faisaient pas d’exercice et qui souffraient d’hypertension artérielle, alors que le cholestérol HDL était associé au contraire: les personnes qui faisaient de l’exercice, ne fumaient pas et avaient un poids de forme idéal.

Ainsi, le LDL-cholestérol a été qualifié de «mauvais» cholestérol et le HDL-cholestérol était le «bon» cholestérol.

Il y a du vrai dans ces étiquettes. Les LDL fixent le cholestérol dans les parois de nos artères, tandis que les HDL éliminent le cholestérol de nos artères.

Des études ont en fait suggéré que le cholestérol HDL aide à lutter contre les maladies cardiaques.

Dans le suivi de l’étude Framingham, les chercheurs ont découvert que les faibles taux de cholestérol HDL étaient directement associés aux crises cardiaques.

En fait, le taux de crises cardiaques chez les personnes ayant un faible taux de cholestérol HDL était huit fois plus élevé que le taux de personnes présentant un taux élevé de cholestérol HDL.

Augmenter votre taux de cholestérol HDL est en fait le meilleur moyen de lutter contre les maladies cardiaques.

Cependant, de nombreuses organisations influentes, telles que l’AHA, plaident plutôt pour une réduction de votre taux de cholestérol LDL, qui n’est pas aussi efficace.

Les deux types de cholestérol ont des effets très différents et il est important de comprendre ces différences. Il y a une raison pour laquelle le cholestérol HDL est «bon» et le cholestérol LDL est «mauvais».

 

LE REGIME MEDITERRANEEN

 big-fat-surprise

L’huile d’olive et le régime méditerranéen ont montré que nous pouvions manger certaines graisses tout en restant en bonne santé.

Dans les années 80, l’objectif principal étant de réduire le cholestérol LDL, de nombreux régimes populaires se concentraient sur cet aspect. On pensait que l’huile d’olive abaissait le cholestérol LDL, raison pour laquelle le régime méditerranéen est devenu populaire.

Au début des années 1980, un chercheur italien étudiait les avantages de l’huile d’olive pour maintenir le taux de cholestérol dans le corps. Dans une étude, il a constaté que lorsque les participants remplaçaient l’huile d’olive par du beurre, leur taux de «mauvais» cholestérol LDL avait augmenté de 19% en six semaines seulement.

Cette étude et d’autres études similaires ont amené les chercheurs à s’intéresser davantage à l’huile d’olive et à son potentiel de diminution du cholestérol LDL. Au cours des années suivantes, plusieurs études sur l’huile d’olive ont été menées, mais elles ont donné des résultats mitigés. Par exemple, il n’a pas été prouvé que l’huile d’olive réduit la tension artérielle ou a d’autres effets bénéfiques sur la santé, tels que la réduction des risques de cancer.

Quoi qu’il en soit, les chercheurs ont évoqué ce que l’on a appelé désormais le régime méditerranéen pour aider à lutter contre les maladies cardiaques. Un tel régime, dont bénéficient traditionnellement les habitants de pays méditerranéens tels que la Grèce et l’Italie, comprend de grandes quantités de graisses non saturées, en utilisant de l’huile d’olive plutôt que des graisses animales. Il comprend également des légumes, des fruits, des noix et de la viande maigre.

→Le régime méditerranéen est toujours populaire, en grande partie à cause d’études récentes démontrant les avantages d’une telle combinaison d’aliments.En 2008, par exemple, une étude a révélé qu’un tel régime réduisait davantage le cholestérol LDL des participants qu’un régime pauvre en glucides ou en lipides.

En 2013, une autre étude a suivi la santé de plus de 7 000 personnes ayant suivi un régime méditerranéen ou faisant partie d’un groupe témoin. Dans le groupe témoin, 109 personnes ont subi au cours d’une période donnée un «événement cardiovasculaire» tel qu’un accident vasculaire cérébral, une crise cardiaque ou un décès lié à une maladie cardiaque, contre seulement 83 personnes sous le régime méditerranéen.

Ces résultats ont renforcé la crédibilité de la diète méditerranéenne. Bien qu’il ait été initialement perçu avec scepticisme, le régime méditerranéen est désormais considéré comme un moyen de maintenir un corps en bonne santé.

 

LA RÉDUCTION DES GLUCIDES COMME SOLUTION

Une alimentation pauvre en glucides a donné des résultats encourageants dans la lutte contre les maladies cardiaques et le surpoids.

Sinon, comment pouvons-nous lutter contre les maladies cardiaques? Il s’avère que réduire les glucides, ou les aliments riches en amidon ou en sucre, peut vous aider à garder votre cœur en bonne santé et à vous maintenir mince également.

Il s’avère qu’un régime recommandant la consommation de matières grasses au lieu de sucres, c’est-à-dire un régime faible en glucides, existe depuis 1863. C’est vrai : il s’agit d’un régime de plus de 150 ans!

Réduire votre consommation d’hydrates de carbone – qu’il s’agisse de glucides complexes tels que les pâtes et les pains ou de glucides simples tels que les desserts et les bonbons – a été salué pour ses effets positifs. En 1919, un médecin nommé Blake Donaldson recommanda à ses patients une alimentation pauvre en glucides.

 

Les patients de Donaldson ont non seulement perdu du poids, mais ils ont également moins souffert de maladies cardiaques, de calculs biliaires et de diabète.

→Le cardiologue Robert Atkins écrivit son best-seller, Diet Revolution du Dr Atkins,en 1972. À l’époque, la communauté scientifique le critiquait pour avoir encouragé la consommation de graisses, jugée malsaines.

Cependant, à la fin des années 1990, les effets du régime Atkins ont été testés scientifiquement. Dans plus de 15 essais contrôlés, les chercheurs ont constaté que le régime alimentaire augmentait le «bon» cholestérol HDL d’une personne.Une autre expérience a montré que le régime alimentaire pouvait également aider à réduire la pression artérielle.

 

Certains chercheurs ont étudié le régime Atkins parallèlement au régime méditerranéen et ont conclu que la combinaison des deux constituait le moyen le plus efficace d’éviter les maladies cardiaques. C’est pourquoi les régimes relativement riches en matières grasses, comme le régime Atkins, sont généralement plus sains que ne le supposent la plupart des gens.

→Les régimes pauvres en glucides se sont avérés bénéfiques, tout comme des régimes comme celui de la diète méditerranéenne augmentent le «bon» cholestérol et préviennent les maladies cardiaques.

Il s’avère que la graisse occupe une place importante dans une alimentation saine après tout!

 

Résumé final

Le message clé de ce livre

N’évitez pas aveuglément les graisses saturées!

C’est en fait important d’en consommer. Les graisses ont de très nombreux effets positifs sur la santé, et un régime équilibré riche en «bonnes» graisses et pauvre en glucides peut vous aider à rester en bonne santé.

Conseil exploitable

Voulez-vous perdre du poids? Essayez un régime faible en glucides.

Une alimentation riche en «bonnes» graisses, comme l’huile d’olive et l’huile de lin, et pauvre en glucides, comme les pâtes, a toujours été prouvée pour vous aider à perdre du poids sans le reprendre à l’extérieur. Donc, si vous voulez maigrir, mangez de la graisse ne vous fera pas grossir. Réduisez plutôt le pain et les autres aliments riches en glucides.

J’ai aussi aimé ce livre : Pourquoi nous grossissons par Gary Taubes

Pourquoi nous grossissons explique pourquoi certains types de glucides sont la principale raison pour laquelle nous grossissons. Le livre ne montre pas seulement pourquoi les gens prennent du poids, mais pourquoi le sujet est si controversé. Il explique également pourquoi certaines personnes grossissent et d’autres pas, le rôle que jouent les prédispositions génétiques dans ce processus et les aliments que nous devrions tous éviter.

J’espère que ce résumé vous a plu, je vous recommande la lecture de cet ouvrage.

N’hésitez pas à me laisser vos commentaires ci dessous, et si vous voulez en savoir plus, n’hésitez pas non plus à me poser vos questions, j’y réponds toujours avec plaisir.

Portez vous bien, et PARTAGEZ un maximum si les articles vous ont plu 😉

MERCI

Estelle

Suivez moi sur Facebook

Vous préférez Instagram ?

Et sur Pinterest

Chaîne YouTube

Partager l'article :
  •  
  •  
  •  
  •  
  • 3
  •   
  • 4
    Partages

Mes meilleurs recettes santé et minceur-Le guide offert

  •  Recettes simples et efficaces - Astuces approuvées -
  •  Atteindre vos objectifs et vous dépasser
  •  Sans Régime et sans Contrainte
  •  Mon expérience médicale à votre service ! 👩🏼‍⚕️

Merci, je viens de vous envoyer votre guide







Votre Guide Minceur Offert, des conseils simples et efficaces, rédigé par un médecin

%d blogueurs aiment cette page :